Ma surjeteuse e-PFAFF 1450

J’avoue que j’entretiens une relation très affective, (voire fusionnelle ?) avec ma surjeteuse. C’est grave docteur ?
Peut-être parce que c’est le dernier cadeau que m’a fait ma maman, elle qui m’a appris à coudre ? Probablement un peu.

Je pense surtout que l’achat de cette surjeteuse a été le déclic qui a changé mes habitudes de couturière. Moi, qui jusque là, me cantonnais aux housses de coussins, aux sacs et autres accessoires en tout genre, à part ceux pour enfant, tous mes essais de vêtements se soldaient par un truc de guingois, rapidement mis au rebut.

Mais avec une surjeteuse, rien n’est impossible ! Ma belle-fille (j’adore ma belle-fille 😍), véritable couturière, a passé toute une après-midi à me montrer, patiemment, point par point, comment fonctionnait ma machine. Elle m’a aussi conseillée pour acheter mon premier patron et m’a encouragée chaque fois qu’il le fallait. Je vous l’avais dit, c’est une perle 😉. Et voilà comment l’aventure a commencé, robes, tee-shirts, vestes, pantalons, vêtements pour bébés, plus rien ne me fait peur !

Ma surjeteuse, la e-Pfaff 1450 de chez Lidl

Histoire de comprendre la différence entre une machine à coudre et une surjeteuse, j’avais fait plusieurs essais avec la surjeteuse d’une copine mais je n’avais pas été emballée par son modèle. J’ai donc fait plein de recherches à droite à gauche et mon choix s’est porté sur le modèle de Lidl la Surjeteuse e-PFAFF 1450 à 159€, un prix imbattable.

Les avis étaient excellents partout et Pfaff est ma marque de machine à coudre préférée. Ma maman en avait une, et j’en suis à ma deuxième, que j’aime tout autant que ma première.

Je me suis beaucoup inspirée de ces deux articles avant de me décider à l’acheter :

Un avis éclairé sur le site de Bouillon de couture et une vidéo de test par Modesty Couture.

J’ai acheté ma surjeteuse en décembre 2017, depuis, elle tourne plusieurs fois par semaine et je n’ai eu aucun souci, je ne peux que vous la recommander !

Côté réalisations

Le plus facile avec une surjeteuse, c’est le jersey. En trois coutures, vous pouvez vous faire un tee-shirt, un sweat, un pyjama, des body pour les bébés, et j’en oublie…
Voici ma dernière série, des ensembles pour bébés (toujours pour l’association A Bras Cadabra dont je vous ai déjà parlé), body, brassière, bonnet et pantalon.

J’espère que ce petit article vous aura donné envie de vous lancer à la surjeteuse. Bonne couture !

Cousette

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top